Vous l’aurez compris je pense : cette année est l’année d’un grand changement pour moi puisque je quitte ma classe de CE2 et deviens le complément de trois collègues à temps partiel. Et comme beaucoup de professeurs en poste fractionné (TRS), j’ai à charge l’enseignement de la conjugaison avec un créneau par semaine à y accorder. Bonne nouvelle pour moi puisque j’adore ça depuis que je me suis inspirée de la conjugaison horizontale pour développer “ma méthode” (disons plutôt ma façon de faire).

Mon affectation ayant été changée le jour de la pré-rentrée, je n’ai pas eu cette classe de CE1/CM1 finalement. J’essayerai quand même de partager ce que j’ai déjà mais sans doute un peu tard pour une utilisation cette année. La programmation et ce qui suit restent valables.

Ma situation particulière

Peu de temps pour la conjugaison

Malheureusement, ce créneau d’une fois par semaine me met aussi en difficulté. En effet, en CE1 ou CE2, je ne commence jamais la conjugaison en séquence dédiée dès le début de l’année. Je prends d’abord le temps d’étudier une première fois le verbe, la notion “passé, présent, futur”, les pronoms personnels sujets, etc. Or, ces notions, c’est ma collègue qui les abordera.

Aux entrainements classiques, j’ai aussi pour habitude d’associer des productions d’écrits avec le jogging d’écriture notamment. Mes dictées hebdomadaires jouaient aussi un rôle important dans ce “rebrassage” régulier. Et tout cela, je n’aurai pas l’occasion de le mettre en place.

Bref, avec un maximum de 36 heures pour l’année, je ne pourrai pas trop attendre car je vais devoir profiter du temps imparti au maximum pour permettre aux élèves de revoir les notions un maximum de fois.

Un double-niveau sur deux cycles

Ensuite, il est à noter que je serai en double-niveau CE1/CM1. Cela signifie que les élèves ont deux années d’écart et qu’ils ne sont pas dans le même cycle. Les programmes et les attendus sont différents. Autant partir du principe que rien (ou très peu) ne pourra être fait en commun, même si je vais essayer de débuter et finir l’année ensemble, avec des séquences communes. Je vous détaillerai ça avec ma programmation.

Du coup, je dois préparer une séance de découverte mais aussi des exercices pouvant être réalisés avec un maximum d’autonomie. Petit problème : je n’ai aucun manuel qui me permette d’approcher la conjugaison comme j’ai pour habitude de le faire. Dans la classe, il n’y a que des manuels très traditionnels, avec une approche purement verticale (par temps et par groupe) de la conjugaison. Or, cette approche m’a toujours semblé très limitée et tout aussi inefficace.

Les ajustements des programmes

Les ajustements des programmes de 2018 me contraignent à certaines modifications quant à ma manière de procéder. Autant vous dire que si j’avais ma classe, j’en resterais plus ou moins à ma méthode habituelle (qui évoluerait encore) mais quand on n’a pas sa classe, je trouve préférable de ne pas trop sortir des clous et de suivre un minimum le titulaire pour un maximum de cohérence.

Je vais donc essayer de préserver ce qui me semblait fonctionner dans ce que je faisais déjà tout en veillant à ne pas trop perturber les habitudes des élèves, des collègues et des familles dans une école où je ne suis, finalement, que de passage.

Je parle surtout de l’approche par groupe qui bouscule un peu mon approche. Si j’avais eu le temps, je serais partie de ma façon de faire tout en prenant le temps, avec une séance au moins, de construire le deuxième groupe. Je continuerais de proposer des verbes du troisième groupe en exercice. Cette année, je m’en abstiendrai malheureusement.

Expliquer et réunir mes ressources

Ma situation étant loin d’être exceptionnelle, j’ai pensé à partager mon expérience avec vous ainsi que certains de mes supports. Cela faisait longtemps que je me disais qu’il serait grand temps de partager quelques uns de mes supports mais je n’ai jamais trouvé le temps de le faire jusque là.

Cet article me servira donc de référent pour indexer et lister mes différentes ressources pour travailler la conjugaison cette année. Vous trouverez donc des ressources pour enseigner la conjugaison en CE1 et en CM1. Elles pourront surement être utilisées en CE2 (pour cela, vous pouvez vous référez à ma programmation de l’an passé) voire, pour certaines, en CM2.

Ma programmation en conjugaison pour CE1/CM1

Avant d’en venir au détail, j’ai voulu d’abord tenter de programmer mon année à la semaine. Cela m’aide à savoir combien de séances maximum je pourrai accorder à chaque thématique.

Pour en savoir plus sur ma façon de procéder, je vous renvoie vers mon article “Préparer son année” qui explique ma méthodologie. Vous trouverez aussi les modifiables dans mon article sur mes programmations de l’année dernière (CE2).

C’est aussi l’occasion de faire des choix puisque je ne pourrai pas tout faire. Je n’ai pas à charge l’ensemble de l’étude de la langue, notamment. Je dois donc choisir les éléments prérequis véritablement essentiels, par exemple.

Il est à noter que tout ce qui suit peut être modifié en cours de route, notamment parce que j’ai peu d’informations sur les programmations de cycle. Il faut aussi savoir que je ne connais pas du tout le niveau des élèves et leurs capacités.

Les ajustements de 2018

En cycle 2

Les connaissances et compétences associées

Les ajustements de juillet 2018 précisent, en tant qu’attendus de fin de cycle :

  • identifier la relation sujet – verbe (identification dans des situations simples).
  • identifier le radical et la terminaison.
  • trouver l’infinitif d’un verbe conjugué.
  • mémoriser le présent, l’imparfait, le futur, le passé composé pour :
    • être et avoir ;
    • les verbes du 1er groupe ;
    • les verbes irréguliers du 3ème groupe (faire, aller, dire, venir, pouvoir, voir, vouloir, prendre).
  • distinguer temps simples et temps composés.

Certains de ces éléments peuvent être vus tout au long de l’année de manière transversale comme la relation sujet-verbe puisque c’est l’objet de la conjugaison. Je pense aussi au découpage “radical + terminaison” qu’on pourra étudier à chaque verbe rencontré. Je ne prévois donc pas de séance dédiée.

Pour le reste, je ne ferai pas tout en CE1 évidemment. Ma collègue utilise “Réussir son entrée en grammaire”, donc je suis allée voir le sommaire de l’ouvrage (j’ai l’ancienne édition seulement). Là, on nous propose de ne voir que le présent d’un petit nombre de verbes (premier groupe, être, avoir, faire, dire et aller). Je trouve cela très limité ! 

Mes choix de connaissances et compétences

Sans aller jusqu’à traiter tous les temps et tous les groupes dès le CE1 (ce que permet de faire la conjugaison horizontale), je souhaite étudier plusieurs temps. En effet, se limiter à un seul temps empêche de voir un certain nombre de régularités et même si cette notion n’apparait qu’au cycle 3, je ne peux m’empêcher de penser qu’elle est essentielle à la réussite des élèves en conjugaison.

Autre justification : si on peut penser qu’il est intéressant de ne voir que peu de choses mais bien en profondeur, je pense qu’un autre postulat intéressant est d’aborder certaines difficultés suffisamment tôt pour se laisser le temps d’y revenir régulièrement.

Enfin, notons que ce n’est surement pas un excès d’ambition : mes collègues de CE1, les années passées, en faisaient autant sans problèmes ! François Kleczewski, quant à lui, en fait bien davantage (vous pouvez notamment lire ses nombreux commentaires à mon article sur la conjugaison ou consulter son blog).

Les exemples de situations

Voici aussi quelques situations et activités citées en exemple dans le document d’ajustement :

  • activités ritualisées d’observation, de manipulation, de structuration et formulation de règles à partir des régularités (accords, conjugaisons) ;
  • échanges ou débats autour des collectes réalisées, afin de construire une conscience orthographique ;
  • activités de réécriture en changeant le genre ou le nombre du sujet ou en changeant le temps de la conjugaison ;
  • activités de substitution d’un temps à un autre ;
  • élaboration progressive de « tableaux de conjugaison » ;
  • pratique quotidienne de la dictée : elle permet de se concentrer exclusivement sur la réflexion logique et la vigilance orthographique et de travailler des compétences précises identifiées et annoncées par le professeur ;
  • mise en situation de résolution de problèmes orthographiques et justification des choix.
Mes choix d’activités

Je partirai sur un fonctionnement assez régulier sitôt qu’on aura attaqué les conjugaisons (présent, imparfait, etc.) basée sur mon fonctionnement habituel en conjugaison (inspiré de la conjugaison horizontale). Une phrase à compléter avec une recherche et collecte de formes verbales. S’en suivra un petit débat en groupe ou en collectif et l’établissement de la règle.

J’envisage aussi des entrainements rapides et courts sur l’ardoise. Cette situation peut aussi servir de rappel à une séance suivante.

Ensuite, une petite fiche permettra de faire un simple et court mémo (souvent sous forme de carte mentale) et un ou deux exercices individuels très courts et assez simple permettront d’appliquer la leçon.

Enfin, d’autres exercices complémentaires pourront être proposés, avant ou après ces deux phases. Si c’est avant, il faudra que ce soit des révisions d’une leçon déjà réalisée. Les consignes sont volontairement simples et répétitives : inutile de rendre les choses plus compliquées, les élèves n’en deviennent pas meilleur en conjugaison pour autant.

Quant à la dictée, je dois encore y réfléchir. Ce sera peut-être l’occasion d’une auto-évaluation formative ?

En cycle 3

Pour le cycle 3, voici ce que les ajustements des programmes indiquent :

  • reconnaître le verbe (utilisation de plusieurs procédures) ;
  • connaître les trois groupes de verbes ;
  • connaître les régularités des marques de temps et de personne ;
    mémoriser: le présent, l’imparfait, le futur, le passé simple, le passé composé, le plus-que-parfait de l’indicatif, le conditionnel présent et l’impératif présent pour :
    • être et avoir ;
    • les verbes du 1er et du 2e groupe ;
    • les verbes irréguliers du 3e groupe : faire, aller, dire, venir, pouvoir, voir, vouloir, prendre.
  • distinguer temps simples et temps composés ;
  • comprendre la notion de participe passé.

On ajoute donc le deuxième groupe alors que les irréguliers du troisième groupe restent les mêmes. De nombreux temps sont aussi ajoutés par rapport au CE2 : passé simple, plus-que-parfait, conditionnel présent et impératif présent.

La distinction temps simple et temps composé pourra aisément être traitée au moment de l’étude du passé composé ou du plus que parfait. On en profitera pour parler du participe passé.

Mes choix de connaissances et compétences

Même si on a trois ans pour découvrir tout ça, je crois préférable d’aller aussi loin que possible. Il y a quatre nouveaux temps, j’en étudierai donc deux. L’impératif est très souvent utilisé dans les dialogues et productions d’écrit et le passé simple est suffisamment difficile pour qu’on s’y prenne au plus tôt. En CM2, ils n’auront aucune difficulté à apprendre les règles du plus que parfait et du conditionnel présent.

Je sais qu’il reste la sixième mais en conjugaison au moins, plus on commence tôt (dans la limite du raisonnable), plus on a l’occasion de revoir les choses lorsqu’on rencontre des textes ou lorsqu’on en produit.

Et puis, j’irai aussi loin que possible mais si je ne parviens pas à mener mes élèves jusque là, je n’aurai pas la pression de fin de cycle. Ça ne veut bien sûr pas dire que je prends les choses à la légère.

Les connaissances et compétences associées

On nous propose ces exemples de situations :

  • À partir d’observations de corpus de phrases :
    • activités de classement et raisonnements permettant de mettre en évidence les régularités ;
    • activités d’entraînement pour fixer les régularités et automatiser les accords simples ;
    • activités de réinvestissement en écriture (relectures ciblées, matérialisation des chaînes d’accord, verbalisation des raisonnements, etc.) ;
  • comparaison et tri de verbes à tous les temps simples pour mettre en évidence :
    • les régularités des marques de personne (marques terminales) ;
      les régularités des marques de temps (imparfait, futur, passé simple, présent de l’indicatif, présent du conditionnel, présent de l’impératif) ;
    • l’assemblage des temps composés.
  • classification des verbes en fonction des ressemblances  morphologiques (trois groupes) ;
  • à partir de corpus de phrases, observation et classement des finales verbales en /E/ ; mise en oeuvre de la procédure de remplacement par un verbe du 2e ou du 3e groupe.
  • à partir des textes lus, étudiés ou écrits, observation et identification des temps employés, réécriture avec changement de temps, verbalisation des effets produits sur l’orthographe ;
  • en expression orale ou écrite, essais de différents temps, sensibilisation aux effets produits ;
  • dictées régulières, sous des formes différentes qui favorisent la construction de la vigilance orthographique.
Mes choix d’activités

Je pense m’en tenir au fonctionnement décrit ci-dessus pour les CE1. Je dois simplement voir avec ma collègue si elle s’occupe bien du réinvestissement en productions d’écrit. Sinon, je remplacerai l’éventuelle dictée des CE1 par une courte production d’écrit en CM1 puisqu’elle n’a apparemment plus besoin d’être quotidienne en cycle 3.

La programmation en conjugaison pour CE1/CM1

Au final, voici le résultat de mes réflexions :

Programmation en conjugaison (grammaire du verbe) pour CE1 et CM1
Programmation en conjugaison (grammaire du verbe) pour CE1 et CM1 (cliquez pour agrandir).

Vous pouvez aussi télécharger le fichier PDF en cliquant sur le bouton ci-dessous. Quant au fichier modifiable, il est disponible dans mon article sur les programmations 2017/2018.

Programmation 2018/2019 - Conjugaison

Explications de ma programmation

Comme vous le savez surement, le secret du double-niveau, c’est de faire ensemble ce qui peut l’être, tout en différenciant. Et bien que je vous ai dit que les programmes étaient à priori très différents, puisque relevant de deux cycles, il reste possible de travailler certaines choses ensemble.

Par exemple, le verbe se définit de la même façon en CE1 et en CM1, même si les CM1 pourront aller dans une compréhension plus fine là où les CE1, en début d’année, n’en seront qu’à une première ébauche. Le concept évoluera alors au fil des semaines. Plus on avancera, plus on affinera la définition première. Qui plus est, je peux compter sur ma collègue pour approfondir la question car, dans “Réussir son entrée en grammaire CE1” (aux éditions Retz), la leçon sur le verbe ne relève pas de la conjugaison.

Autre exemple : une fois tous les temps abordés, il est possible de travailler les mêmes verbes à tous les temps connus. Les CM1 auront simplement plus de temps à connaitre que les CE1 (mais nombre d’entre eux seront des révisions du cycle 2).

On commence l’année par une séance de découverte commune puis le CM1 prennent de la vitesse pour pouvoir aborder de nouveaux temps. Côté CE1, le temps, on le prend, notamment pour travailler le présent. C’est qu’il faut aussi construire la définition de ce qu’est “conjuguer un verbe”. En fin d’année, les deux niveaux se rejoignent pour étudier quelques irréguliers. Tous n’y sont pas mais ils pourront être vus en CE2 et CM2.

Si vous ne comprenez pas bien pourquoi je dédie des séances à des pronoms personnels spécifiques, je vous invite à (re)lire mon article sur la conjugaison inspirée par la conjugaison horizontale.

Photo en en-tête de @tirachard sur freepik.com.

Mes ressources

Je ne suis pas en mesure de vous promettre que je partagerai toutes mes ressources au moment où j’en aurai besoin (et donc potentiellement vous) mais je vais faire mon possible pour y parvenir. Je mettrai alors cette section à jour, comme un sommaire des articles dédiés.

En CE1

  1. Le verbe
  2. Passé, présent, futur (à venir)

En CM1

  1. Le verbe (à venir)
  2. Passé, présent, futur (à venir)
  • Vous aussi vous pouvez partager : une expérience, une réflexion, une question ou des éléments de réponse. Et tout ça, c'est dans la partie commentaire que ça se passe !
  • Merci de ne pas partager de versions modifiées de mes documents. Si vous souhaitez partager ces derniers, préférez un lien vers l'article mais ne proposez pas de téléchargement direct.