Compteur pour 130 motsComme d’autres blogueurs, j’ai été contactée par Ingrid Vadot et Mohammad Vâlsan, deux professeurs des écoles, au sujet de leurs compteurs de la réussite. J’ai accepté de vous en parler. 

Il s’agit d’un moyen visuel et simple de montrer le taux de réussite d’un élève. On pourra, par exemple, les utiliser dans le cadre de dictée (comme mes histoires dictées à épisodes).

Pourquoi j’ai décidé de vous en parler ? Pour deux raisons. D’abord parce que ce petit outil, qui n’a l’air de rien, peut être utile et me semble intéressant. Ensuite, parce qu’il s’agit du travail de professeurs, des collègues donc, qu’ils proposent à un tarif carrément raisonnable (2€).

Campagne de financement sur Ulule

Il s’agit d’une campagne de financement sur Ulule qui permettra à ces deux enseignants de se lancer dans l’auto-édition.

Comment ça marche ?

Il s’agit de petits compteurs, qui ressemblent à des compteurs kilométriques. Deux graduations se superposent : celle de mots et celle des pourcentages. Ainsi, en traçant un trait du centre du compteur jusqu’au nombre de mots justes, on obtient le pourcentage de réussite.

Fonctionnement des compteurs de la réussite (cliquez pour agrandir).

Un outil de suivi en plus

On ne se contente pas de nous fournir les compteurs. Une grille est aussi offerte pour tracer les courbes de progrès des élèves. Un support simple, certes, mais qui complète bien le “pack”.

Relevé des pourcentages de réussite

Relevé des pourcentages de réussite (cliquez pour agrandir).

Pourquoi ça peut marcher ?

Je ne l’ai pas testé mais je trouve que cette représentation est intéressante : elle fait gagner du temps à l’enseignant qui n’a plus besoin de calculer un pourcentage de réussite et permet à l’élève de se représenter ses progrès. Car oui, les pourcentages, ça reste très abstrait pour eux.

Côté enseignant, j’avais deux manières de fonctionner : soit je mettais toujours le même nombre de mots à mes dictées (comme pour les dictées hebdomadaires), soit je me fixais un “barème” pour déterminer le pourcentage de réussite (je vous expliquerai ça à l’occasion). Ici, on ne s’embête plus avec tout ça. Ça se calcule tout seul, il suffit de choisir le bon compteur.

Car oui, si on paye 2 euros, c’est pour obtenir une série d’une soixantaine de compteurs à imprimer ou photocopier, couvrant toutes les possibilités d’une tranche (de 5 à 70 mots/items). 

Mes réserves

Le temps, tout simplement : est-ce que ce tracé sera plus rapide ou non que le calcul à la calculatrice ? On a tendance à croire que la calculatrice est toujours le plus rapide mais ce n’est pas systématique. Il faudrait donc tester pour confirmer. 

Cela dit, à 2 euros, on ne prend pas trop de risques et les créateurs de l’outil affirment que ça a été testé en situation.

Autre réserve possible : la rencontre avec les élèves. Mettent-ils du sens sur ce visuel ? Cela les aide-t-il vraiment ? En tout cas, ça semble être une bonne idée. A tester, donc !

Pour en savoir plus ou participer

Si l’outil et l’idée vous plaisent, vous pouvez participez en vous rendant sur la page Ulule du projet. Vous y trouverez aussi d’autres informations.

Enfin, la page troisptitstours.fr vous propose une vidéo explicative.