Je crois savoir que mes mémos porte-clé pour l’étude de la langue en CE2 et son pendant mathématique ont rencontré un grand succès. S’il n’est pas difficile de les adapter au CE1, ils restent trop compliqués et approfondis pour le CP. Et comme cette année, j’ai des élèves de CP et que j’ai à charge l’enseignement de l’étude de la langue, j’en ai profité pour réaliser ce projet que j’ai depuis un certain temps : des mémos porte-clé pour le CP !

L’étude de la langue en CP

On m’évoque généralement deux obstacles majeurs à l’enseignement de l’étude de la langue en CP.

Articuler lecture et étude de la langue

Tout d’abord, les élèves doivent à tout prix apprendre à lire ! La corollaire semblerait être que l’écrasante majorité des dix heures hebdomadaires dédiées au français doivent être dédiées à l’enseignement du code et du décodage. Certes, une très large part y sera dédiée mais pas la totalité. On évoque depuis quelques années l’importance capitale d’enseigner la compréhension (vous trouverez quelques idées dans ce rallye-liens de la CPB) mais je pense qu’il est important de parler aussi de l’étude de la langue ! Les élèves peuvent déjà, dès le CP, commencer à étudier la langue.

Pour tout vous dire, j’avais même une collègue qui préparait ses élèves dès la maternelle. Elle utilisait des cartes avec une image pour représenter les noms, ou avec certains mots écrits (les fameux “mots-outils”) et chaque carte avait une couleur en fonction de la nature (ou classe grammaticale) du mot. Par exemple, tous les noms étaient en bleu, car c’était la couleur choisie pour les noms dans l’école. Elle utilisait ces cartes en production d’écrit (en dictée à l’adulte ou autre). Du coup, quand on apprenait le nom en CP, cette catégorie existait déjà dans l’esprit de l’élève, on ne faisait finalement que mettre un nom sur cette catégorie et expliciter certaines de ses caractéristiques, un peu comme on le fait avec les formes géométriques.

Travailler à l’oral

Autre obstacle régulièrement rencontré : les élèves ne savent ni lire ni écrire ! L’étude de la langue, pour beaucoup, est intrinsèquement liée à l’écrit. Pourtant, ce domaine s’appelle bien “étude de la langue” et non “étude de l’écrit”. Savoir ce qu’est un verbe, un sujet, ne sert pas uniquement à l’écrit mais aussi à l’oral : la syntaxe d’une phrase simple nous dit qu’en français, le sujet va habituellement devant le verbe. Or, ce n’est pas le cas de toutes les langues il me semble et tous les élèves ne maitrisent pas toujours cette construction que nous qualifions pourtant de “simple”. Souvent, par exemple, le sujet est éludé ou simplement remplacée par “il”, parfois indépendamment du genre. Autre notion d’étude de la langue pratique très tôt d’ailleurs.

On peut donc parfaitement étudier la langue à l’oral avec des manipulations, des dessins, des mimes, des illustrations ou des échanges oraux, etc. Si vous souhaitez voir un exemple de séquence prête à l’emploi, clés en main, je vous propose de découvrir ma séquence sur l’étude du verbe en CP.

Pourquoi débuter si tôt ?

On en arrive aux motivations : les élèves ont tout à y gagner. Petit à petit, ils parleront mieux à l’oral, commenceront à préciser leurs énoncés, à éviter, peut-être, certaines répétitions, etc.

Et puis, pensons aussi à la continuité des apprentissages. Les élèves apprennent déjà beaucoup de choses en maternelle et en apprendront beaucoup d’autres en CE1 et par la suite. Pourquoi mettre tout en pause au titre que la priorité du CP est d’apprendre à lire ? Il est possible d’apprendre à lire et de commencer (ou plutôt continuer) à étudier la langue. Les élèves continueront d’apprendre à lire sur tout le cycle 2 et ils auront aussi des bases solides pour se lancer en CE1 dans des processus plus complexes comme les accords et la conjugaison.

Cette année, mes CP savent très bien reconnaitre un nom et un verbe. Certes, tous ne diront pas “verbe”. Certains me disent “ça va sur l’affiche rouge” mais il ne faut pas oublier que les intitulés des classes grammaticales sont des objectifs de fin de cycle, là encore. Je fais rappeler le mot “verbe” à chaque fois mais ne m’inquiète pas si tous ne l’utilisent pas spontanément.

La trace écrite : affiches et mémos

Si je débute l’étude de la langue dès le CP, je ne leur fais pas pour autant copier des leçons. Je trouve que le cahier de leçon, déjà peu utilisé en CE1 et CE2, n’est pas forcément le support le plus évident à cet âge.

Les affiches pour chaque nature de mot

Nous traçons donc des cartes mentales et en faisons des affiches. J’y mets le personnage de la méthode Réussir Son Entrée En Grammaire (RSEEG) de Retz (car c’est la méthode utilisée sur l’école, sinon, j’y mets mon personnage), une feuille A4 avec la carte mentale (un exemple est présent dans ma séquence sur le verbe) et un grand espace en-dessous, sur une feuille de couleur de préférence, où nous collons régulièrement les mots que nous rencontrons.

En danse, nous avons beaucoup travailler sur les verbes d’action (cf. séquence de danse). Certains ont été écrits sur des étiquettes et nous les avons collés sur le bon affichage à l’issu de la séance.

Les mémos porte-clés individuels

Ma seconde trace écrite se trouve donc sur ces mémos porte-clés individuels. J’en fabrique un par élève et l’accroche à leur trousse.

On y trouve tous les classes grammaticales (natures) étudiées :

  • déterminant et nom
  • verbe
  • adjectif qualificatif

On y trouve aussi les notions de genre, de nombre et d’accord sujet/verbe (pour la 3e personne du singulier et du pluriel, uniquement pour les verbes du premier groupe).

J’utilise le verbe en pyjama de Lutin Bazar. Si vous voulez découvrir comment elle aborde le verbe à l’infinitif et le verbe conjugué, je vous invite à vous rendre sur son blog.

Fabriquer ces mémos porte-clés

Pour fabriquer ces petits mémos en porte-clés, j’utilise du matériel assez classique (qu’on trouve facilement dans les classes, à l’exception des anneaux) :

Mémo porte-clés en EDL – CP

A moins que les documents modifiables ne soient déjà à disposition dans l’article, je ne les fournirai pas. Il n’est donc pas utile de me les demander.
Merci de ne pas partager de versions modifiées de mes documents. Si vous souhaitez partager ces derniers, préférez un lien vers l’article mais ne proposez pas de téléchargement direct.