Ceux qui ont suivi l’actualité sur La Classe ou chez quelques autres blogueurs auront peut-être entendu parler d’une première rencontre des professeurs blogueurs. Il y a quelques temps, le magazine La Classe contactait un certain nombre de blogueurs. L’idée était de réunir des professeurs blogueurs afin d’échanger sur nos pratiques.

Si j’ai décidé d’écrire cet article, ce n’est pas forcément pour faire étalage de la merveilleuse journée que j’ai passé, même si elle l’était ! Evidemment, j’en profite pour remercier publiquement La Classe pour cette superbe initiative. Je n’aurais jamais cru, il y a un peu plus d’un an (quand je créais ce blog), pouvoir participer à un tel évènement.

Cela dit, il y a deux éléments que je voulais partager avec vous, lecteurs réguliers ou visiteurs de passage. Le premier concerne les profs blogueurs en général, et le second, le magazine La Classe.

Au cas où cela ne serait pas clair, rien ne nous a été demandé en retour de cette rencontre : publicité ou que sais-je. Je parle donc librement et selon ce que je pense.

Les profs blogueurs : des humains avant tout

Bon, d’accord… on le sait déjà tous. Enfin, vraiment ? Depuis que je suis professeur, et même un peu avant, mon rapport aux profs blogueurs a bien changé. Cette rencontre a représenté un pas de plus.

Admiration

Je m’explique : au début, bien sûr, je savais qu’il y avait un être humain, un professeur, derrière chaque blog. Cela dit, on accède à chacun par le biais des documents qu’ils partagent et des articles associés. Quand je débutais, tout cela me semblait si parfait ! Une véritable source d’inspiration, certes, mais j’ai aussi eu l’impression que ces personnes étaient à des lieues de moi, de ma petite classe, de mes petits tâtonnements.

Premier contact

Et puis un jour, je me suis dit : « Tiens, j’ai déjà quelques documents sous le coude, et si je les partageais moi aussi ? ». Sauf que, me sentant toute petite, je n’étais pas très sure de moi. Alors j’ai contacté quelques blogueurs, j’ai discuté avec certains et j’ai été surprise (bêtement), de me retrouver face à des personnes aussi gentilles, accessibles et généreuses. Je veux dire par là qu’avec tout le temps que ces blogueurs passent sur la toile, je ne pensais pas obtenir de réponse, me sentant comme une goutte d’eau dans l’océan des demandes qu’ils devaient recevoir. Eh bien non : j’ai eu face à moi des personnes avec qui j’ai apprécié discuter et c’est finalement ce qui m’a vraiment décidée.

Rencontres

Enfin, le weekend dernier, je suis donc allée à Paris grâce à l’invitation de La Classe (que je remercie encore une fois !). Je ne vais pas mentir, je me sentais toute petite en partant. Et pourtant, ça a été génial ! Zaubette et Tibiscuit m’accueillent gentiment à la gare, on se dirige ensemble à la Cité Internationale et là, tout le monde parle avec tout le monde avec un naturel qui m’a surpris. J’ai surement dû regarder un peu tout le monde avec des yeux de merlan frit pendant un temps mais très vite, je me suis retrouvée à parler avec un peu tout le monde. Il y avait de tout : des blogs qui sont là depuis tant d’années qu’on ne sait plus vraiment jusqu’aux « bébés blogs » dont je fais partie. Je me suis sentie accueillie et j’ai adoré faire ces rencontres. Je regrette même de ne pas avoir pu parler assez avec tous !

Au final…

Je ne fais pas souvent des « chroniques » où je raconte. Mais là, je trouvais important de partager tout cela maintenant, alors que je n’ai encore qu’un tout petit blog. Je trouvais important de vous dire à quel point les blogs que vous fréquentez sont tenus par des personnes humaines, ouvertes et humbles avec qui vous pourriez aussi avoir plaisir à échanger. Et c’est vrai même pour les blogueurs les plus anciens ou les plus connus !

Ils sont vos collègues, certes venus d’autres écoles, mais qui vivent un quotidien très proche du vôtre. Qui mieux que des collègues pourraient comprendre vos difficultés, vos questionnements ou profiter de vos idées ? N’hésitez plus : l’échange se fait à deux (au moins) et vous pouvez l’initier librement. Commentaires d’article, discussions sur les réseaux sociaux, mail, etc. Vous pouvez même aller jusqu’à réagir aux commentaires d’autres personnes. Les échanges sont le moteur de nombreux blogueurs !

La Classe : des précurseurs

L’autre élément que je tenais à partager concernait l’histoire du magazine La Classe et ce que nous partageons avec eux.

Mutualiser et partager

Quand ils se sont lancés, il n’y avait pas encore internet. L’idée était donc de pouvoir réunir et partager les idées et les ressources des professeurs (ou plutôt instituteurs, à l’époque) de la France entière. Il fallait aussi que ce soit un support accessible à un prix raisonnable, sachant qu’à l’époque déjà, les enseignants sortaient leurs deniers personnels pour financer leurs ressources. Quelque part, ils ont précédé et peut-être (sans doute) inspiré les premiers blogueurs au moment où internet a émergé et s’est démocratisé.

Ouvrir le monde de l’école

Le format choisi, un magazine accessible en kiosque, impliquait aussi que les coulisses du monde enseignant pouvaient être aperçues ou approchées par des « non-initiés » : parents, associations, etc. C’est un choix qui a apparemment fait polémique à l’époque mais qui questionne aussi les blogueurs aujourd’hui.

Si je mets mes évaluations de l’année sur mon blog et que le parent d’un de mes élèves tombe dessus ? Comment faire alors ? Protéger les évaluations par mot de passe ? Changer d’évaluations chaque année ?

Et je crois qu’on n’a pas fini de se poser la question. De plus en plus, on a droit à des parents qui nous disent : « J’ai lu sur internet que… ». Est-ce un problème ou non ? Au final, l’échange ne se fait plus qu’entre l’enseignant et le parent. Je ne donne volontairement pas de réponses aux questions que je pose, parce que ce sont des questions difficiles et que les réponses à y apporter me semblent devoir être nuancées. Je sais aussi qu’elles n’auront de cesse d’évoluer comme elles l’ont toujours fait, au fil des ans.

Un projet libre

Je ne parle pas des droits d’auteur, bien sûr. Je parle de la liberté par rapport à d’éventuels mouvements politiques, syndicaux ou même de l’éducation. Ils ne sont pas non plus affiliés aux « grands éditeurs » du monde éducatif : ce n’est pas une filiale cachée d’un quelconque grand groupe. La Classe n’est affilié à aucun groupe et c’est en ce sens-là qu’ils sont libres. Ils partagent donc leurs découvertes, celles des professeurs, les bonnes idées ou les astuces sans influence externe. Et ça, mine de rien, c’est appréciable.

J’ajouterais qu’ils m’ont toujours semblé très accessibles. J’avais déjà cet a priori très positif après ma discussion avec Florent à l’occasion de l’article « Pépites de Blog » mais ça s’est confirmé durant cette rencontre. L’équipe était là, avec nous, présente, à l’écoute et très agréable.

Plus qu’un magazine

Il ne s’agit pas d’une figure de style. La Classe, c’est vraiment plus qu’un magazine aujourd’hui. Il y a différentes plateformes et ouvrages à découvrir.

Des sites internet

Tout d’abord, le site laclasse.fr permet de suivre l’actualité du monde éducatif facilement. On y trouve aussi des idées, des liens vers d’autres ressources intéressantes. Un lien à ajouter à ses incontournables quand on souhaite réaliser une « veille ». Pratique pour être toujours informée et ne jamais cesser de se former.

Ensuite, l’autre site que j’ai retenu, c’est celui de fichespedagogiques.com qui rassemble de nombreuses « fiches de prep » et des ressources utiles. Ce qui est sympa, c’est que vous n’avez pas à acheter tout le magazine. Vous choisissez précisément ce qui vous plait. Certes, c’est payant, mais le contenu est vraiment de qualité ! Qui plus est, La Classe veille à ce que les contenus partagés aient été testés.

Vous pouvez aussi voir librairie-interactive.com et objectif-prof.com. Finalement, ça en fait pas mal, des plateformes à visiter !

D’autres publications

Enfin, et ce n’est pas rien, vous pouvez visiter la boutique « Martin-média » qui n’édite pas que le magazine. On y trouve des hors-série thématiques, des rallye-lecture tout prêts, les cahiers de la fourmi (que vous connaissez peut-être déjà) ou encore d’autres publications comme l’excellent « Keskidi » et ses enquêtes grammaticales, « Go Away Big Green Monster » et bien d’autres !

Bref, si vous avez un peu de temps durant ces vacances, ça peut valoir le coup d’aller visiter un peu tout ça. Et surtout, rappelez-vous qu’ils sont ouverts aux propositions et aux suggestions. Je suis sure qu’ils seront ravis de bénéficier de vos retours pour améliorer leurs propositions.

Montage de la bannière réalisé à partir d’une ressource freepik.com (par @aleksandr-samochernyi), une photo prise par La Classe et le logo La Classe.