Il y a quelques jours, je vous ai partagé le jeu « Multi tables » : un jeu simple, avec trois variantes, qui permet de réviser les tables de multiplications et de les mémoriser. Voici sa suite logique : Multi divisions. L’objectif de ce jeu et de permettre aux élèves de passer de leur connaissance et bonne maitrise des tables de multiplication à la division (sans reste). Si cette compétence n’est pas facile à acquérir et demande beaucoup de manipulation, elle demande aussi de l’entrainement pour devenir plus automatique. C’est le but de ce jeu : offrir un contexte ludique qui permettra d’automatiser le passage d’une multiplication à la ou les divisions correspondantes.

Pour ça, on s’intéressera déjà un peu à la notion de multiples. Certes, il me semble qu’elle n’est plus étudiée en tant que telle (avec ses techniques notamment) mais le mot et la notion ont leur utilité. Dans une deuxième règle du jeu, on devra directement réussir à dire l’une des divisions correspondant à un produit.

Multi divisions : les règles du jeu

Jeu 1 : Le relais des multiples

Cette version du jeu se joue à 2 à 4 joueurs.

Matériel : Il est intéressant de combiner plusieurs séries pour y jouer.

  1. Chaque joueur reçoit quatre cartes.
  2. Le premier joueur pose une de ses cartes avec un nombre. Il doit annoncer un nombre dont celui-ci est un multiple (= annoncer un diviseur de ce nombre).
  3. Le joueur suivant a le droit de poser par-dessus une carte dont le nombre inscrit est aussi un multiple du nombre annoncé et annoncer un autre diviseur. S’il ne peut pas, il pioche.
  4. Le joueur suivant fait de même.

Le gagnant est le joueur qui n’a plus de cartes en main.

Selon comment la notion a été abordée et travaillée, il faudra surement expliciter les règles et faire quelques exemples avec les élèves. Les parties peuvent avoir une durée variable selon la chance que les élèves ont par rapport à leur main. Cela dit, plus ils piochent et plus ils ont de chances de pouvoir jouer. Moins ils ont de cartes et plus il sera difficile de les poser. C’est aussi ce qui fait tout le suspens quant au gagnant !

Chaque joueur a reçu quatre cartes issues des séries 1 et 2. Mattéo commence, pose un 35 et annonce « 35 est un multiple de 7 ». Lucile joue ensuite : elle n’a aucun multiple de 7 dans sa main donc elle pioche. Mehdi est le suivant : il pose 21 et annonce « 21 est un multiple de 7 et de 3 ». C’est au tour de Mattéo qui pose 12 : « 12 est un multiple de 3 et de 4 ». Etc.

Jeu 2 : Dé-multiplier

Ce jeu se joue à 2 à 4 joueurs.

Matériel supplémentaire : 1 dé (avec les nombres 2, 5 et 10 deux fois pour la série 1, par exemple).

  1. On distribue quatre cartes par joueur.
  2. Le premier joueur lance le dé. Il peut se défaire d’une carte de sa main à condition qu’il puisse diviser le nombre de la carte par celui du dé et indiquer le quotient (= résultat). Il pose la carte sous la pioche. S’il ne peut se défaire d’aucune carte, il pioche.
  3. Le joueur suivant joue selon le même principe.

Le gagnant est le joueur qui n’a plus de cartes en main.

Amine joue avec la série 3. Il lance le dé et tombe sur 8. Dans ses mains, il a les cartes 12, 24, 36 et 60. Il ne peut que poser la carte 24 en annonçant : « 24 divisé par 8 est égal à 3. » Il peut alors se défaire de cette carte.

Une version « ultimate » sera proposée dès que possible avec toutes les tables réunies. Il faudra juste patienter un peu.

Matériel

Pour le dé, vous pouvez soit le faire fabriquer, tout simplement, soit en acheter des vierges et les personnaliser. Les dés en plastique ont l’avantage d’être très peu chers. Par contre, avec le temps, l’écriture s’efface (même au marqueur). Les dés en bois sont un peu plus coûteux mais on pourra pousser le vice en allant jusqu’à les peindre de la couleur de la série correspondante et les vernir ensuite.

Deux ensembles de cartes pour différencier

Le jeu combine deux difficultés : il faut avoir bien mémorisé ses tables (à la perfection, même) et être capable de passer mentalement d’une écriture à l’autre. Certains élèves n’y arriveront pas tout de suite, même avec un mémo. Comme Multi tables permet de se focaliser sur l’apprentissage des tables, Multi divisions doit permettre de se focaliser sur le passage d’une écriture à l’autre. Aussi, je propose un set de carte sans aide, et un autre où les multiplications sont écrites juste sous le produit (cartes « avec aide »).

A part cette différence, tout est identique. Cela permettra aux élèves qui ont encore besoin de soutient du côté des tables de progresser tout de même. Ces cartes peuvent aussi servir d’aide transitoire, même pour des élèves connaissant leurs tables. Par contre, si on mélange plusieurs séries dans le cadre du jeu 1, il faut quand même savoir que toutes les multiplications possibles ne seront pas inscrites sur chacune des cartes.

La fabrication des cartes

Pour un jeu solide et résistant, j’imprime sur du papier 160g puis je plastifie avec du plastique 125 microns. Enfin, je découpe et j’arrondis les angles (limite le risque que le plastique se décolle avec le temps).

Et pour aller plus vite dans la découpe, rien ne vaut un bon massicot (même peu cher, c’est toujours mieux que des ciseaux).

Les fichiers

L’ensemble de cartes avec aide

Multi divisions - avec aide - série 1

Multi divisions - avec aide - série 2

Multi divisions - avec aide - série 3

Multi divisions - avec aide - série 4

L’ensemble de cartes sans aide

Multi divisions - série 1

Multi divisions - série 2

Multi divisions - série 3

Multi divisions - série 4