Dans le cadre de notre projet « contes », où les élèves devront chacun produire un conte pour constituer un recueil, j’avais déjà proposé mes « dés à conter« . Cette fois-ci, en prenant des personnages et des lieux un peu plus traditionnels ou génériques, j’ai proposé des cartes à mes élèves. Le but est, encore une fois, de proposer des contraintes d’écritures stimulantes.

Problématique

Dans les faits, quand je propose d’écrire un conte, les élèves restent souvent bloqués sur des histoires stéréotypées : les filles me racontent l’histoire d’une princesse en détresse qui trouve l’amour d’un beau prince et les garçons me racontent l’histoire d’un chevalier ou aventurier qui remporte tous ses combats. Bref, des choses assez lisses et répétitives. Les dés à conter avaient pour but de rompre ces automatismes en contraignant les élèves à introduire des éléments auxquels ils ne pensent pas forcément de prime abord. Cela dit, certains élèves se sont trouvés en difficulté car les combinaisons sont parfois vraiment loufoques. Les cartes, que je n’ai utilisées qu’une fois, permettaient des contraintes un peu moins difficiles à intégrer en général.

Fonctionnement des cartes à conter

Seulement trois cartes à piocher :

  • un personnage
  • un lieu
  • un objet

Il y a huit cartes différentes dans chaque catégorie. Comme pour les dés à conter, le principe de base est très simple : on pioche les trois cartes et on invente une histoire qui les intègre au moment de notre choix.

Bien sûr, il est possible d’imaginer de nombreux contextes, à l’oral ou à l’écrit, en travail individuel ou collectif, avec des contraintes supplémentaires selon l’objectif ciblé. Des exemples sont déjà donnés dans l’article concernant les dés à conter. N’hésitez cependant pas à partager votre façon de faire en commentaire. C’est aussi une forme de partage qui bénéficiera à tous les visiteurs.

Un support pour aider à construire une histoire

J’ai aussi créé un support pour écrire des contes. Souvent, il est difficile pour ces élèves d’inventer une histoire qui tient la route en introduisant tous les éléments et sans se perdre en route. Cela leur permet de construire leur histoire à travers les éléments importants puis de se lancer dans l’écriture.

Fiche pour écrire un conte

J’imprime et plastifie. Ils utilisent alors leurs crayons « Lyra Triple One » ou un feutre d’ardoise pour écrire. Le support est réutilisable à l’infini !

Les cartes

Comme toujours, il s’agit d’un fichier à imprimer en recto-verso sur du papier épais (160g pour moi) puis à plastifier et découper. Pour cette fois, j’ai voulu des grandes cartes pour que le dessin y soit plus visible. On imprime d’abord les trois premières pages, puis les trois dernières sur le verso.

Cartes à conter

  • A moins que les documents modifiables ne soient déjà à disposition dans l'article, je ne les fournirai pas. Il n'est donc pas utile de me les demander.
  • Vous aussi vous pouvez partager : une expérience, une réflexion, une question ou des éléments de réponse. Et tout ça, c'est dans la partie commentaire que ça se passe !